La Tombe de Balin

La pièce était éclairée par un large puits situé haut dans le mur qui leur faisait face à l'est ;
le puits était en oblique et, loin au-dessus, se voyait un petit carré de ciel bleu.
La lumière tombait directement sur une table placée au milieu de la pièce :
un unique bloc oblong, d'environ deux pieds de haut,
sur lequel était posé une grande dalle de pierre blanche.
- On dirait un tombeau, murmura Frodon.
Il se pencha en avant avec un curieux pressentiment, pour l'examiner de plus près.
Gandalf vint vite de son côté.
Sur la dalle, des runes étaient profondément gravées :
-Ce sont des rune de Daeron, telles qu'on les employait jadis dans la Moria, dit Gandalf.
Il est écrit là, dans les langues des Hommes et des Nains :
Balin fils de Fundin
Seigneur de la Moria
- Il est donc mort, dit Frodon. Je le craignais.
Gimli ramena son capuchon sur son visage.

La compagnie de l'Anneau se tint silencieuse auprès du tombeau de Balïn.
Frodon pensait à Bilbon, à la longue amitié de celui-ci avec le Nain
et à la visite que Balïn avait faite à la Comté il y avait bien longtemps.

J.R.R Tolkien, le Seigneur des Anneaux

Calligraphie librement adaptée de l'original de JRR Tolkien
que l'on peut trouver dans le seigneurdes anneaux.

* * * * *

Pour ma part, j'ai toujours été fasciné par les Runes nordiques, elles portent en elles le mystère d'une écriture archaïque pleine de magie. Et graphiquement, elles sont magnifiques.
A propos de la tombe de Balïn, le texte parle d'un « unique bloc oblong (...) sur lequel était posé une grande dalle de pierre blanche » où
« des runes étaient profondément gravées ». D'un point de vue graphique, c'est un peu court pour faire un travail réussi, c'est pourquoi j'ai décidé de rajouter quelques éléments tout en restant le plus sobre possible, pour rester dans l'esprit du texte.
Pour le fond, j'ai choisi un marbre « Blanc veiné » plutôt léger qui donne quelques effets graphiques. Afin d'avoir une autre décoration que les simples runes, j'ai repris les motifs de la royauté de Durin que l'on trouve sur la porte de la Moria. Cela permet d'ajouter des graphismes tout en restant dans l'esthétique de Tolkien.
Enfin, pour finir la composition, j'ai crée une frise d'inspiration grecque très simple qui donne un cadre et concentre le regard.
L'ensemble donne à mon avis un tombeau digne d'un roi (avec le marbre et la frise), d'aspect noble tout en restant sobre.
 
Tolkien